Le Petit carnet du chanteur


Un livret pour stimuler votre créativité et mieux comprendre le chanteur qui est en vous !
En savoir plus...

Idées cadeaux


Offrez des cours de chant ou du coaching ! Choisissez ce que vous souhaitez offrir puis contactez-nous pour obtenir un bon cadeau personnalisé.

Facebook


Rejoignez-nous sur Facebook, suivez nos actualités facilement !

Ateliers d'expression vocale et corporelle


Envie de développer votre capacité d'interprétation, et d'explorer l'univers de la scène avec d'autres chanteurs ? Rejoignez nos ateliers à Bordeaux, consultez-nous pour connaître la date du prochain !

Cours de chant par internet


Vous habitez loin du studio ? Prenez vos cours de chant depuis chez vous en visioconférence. Il vous suffit d'une webcam et du logiciel gratuit Skype.

Newsletter mars 2016

Retrouvez nos actualités, des photos, des conseils, sur notre page facebook.

  

... 7 CONSEILS POUR FAIRE UNE BONNE REPETITION AVEC VOTRE GROUPE

 

 Les voisins adorent quand tu répètes... (Asterix)

 

Dans un article précédent, nous avons vu les bénéfices apportés par la participation à un groupe de musique. Les répétitions sont un moment souvent très agréable puisque l’on se retrouve tous avec l’envie commune de faire de la musique !  

L’inconvénient avec le terme « répétition », c’est que cela peut parfois devenir… un peu trop répétitif. Autrement dit, on peut avoir l’impression à un moment de toujours redire / refaire les mêmes choses ; s'il n’y a pas de mal à simplement jouer les morceaux pour le plaisir, on risque aussi de se lasser et d’avoir l’impression de n’aller nulle part. Voici donc quelques trucs à cogiter pour rendre les répétitions avec votre groupe plus efficaces ou plus stimulantes.

 

1) Faites le tri entre ce qui relève d'une répétition ou de votre travail personnel !

 

La répétition n’est pas le moment de travailler ce passage difficile du solo de guitare, ou cette note difficile à la voix. Ceci est votre travail personnel, il ne concerne pas les autres membres du groupe, et vous devez le faire chez vous. Par contre, si avec le temps vous bloquez vraiment sur ce passage difficile, il serait peut-être préférable de le modifier pour qu’il ne perturbe pas l’efficacité du reste et le « flow » de l’ensemble du groupe ; dans ce cas, proposez une modification à tester en répétition pour voir si elle convient à tout le monde.

Un autre écueil souvent rencontré dans les répétitions est que, si une modification a été décidée sur un morceau, vous devez l’avoir intégrée pour la répétition suivante. Quoi de plus ennuyeux que de devoir s’interrompre pendant les morceaux parce-qu’il y a encore une personne qui a oublié les modifications et qu’il faut tout réexpliquer à chaque fois ? C’est simple : prenez des notes ! Mémorisez et travaillez du mieux possible vos parties avant les répétitions, sinon vous faites perdre leur temps aux autres. 

 

2) Ne pas se prendre la tête : oui… mais !

 

Autant les répétitions doivent être un moment de plaisir, autant quelques principes permettent à tout le monde d’en profiter sereinement. Commencez déjà par respecter les autres en arrivant à l’heure ! Si vous êtes toujours le dernier installé, il serait peut être judicieux d’arriver un peu plus tôt. C’est agréable d’avoir le temps de discuter quand on se retrouve, mais usant de devoir toujours attendre les mêmes, d’autant que certains font peut-être des efforts particuliers pour se rendre disponibles à l'heure (ex : prendre une nourrice pour garder un enfant, quitter le travail plus tôt, etc). 

Accordez votre instrument (pas la peine de faire semblant d'avoir l'oreille absolue, on sait que ce n'est pas vrai !), et échauffez-vous dès que vous êtes prêt pour être efficace dès les premiers morceaux, surtout si votre temps de répétition est limité (disponibilité réduite de certains musiciens, budget limité pour la location du studio de répétition…). Prévoyez votre matériel à l'avance pour ne pas perdre de temps (micro, câbles, accordeur, cordes de rechange, plusieurs médiators...). 

 

 "Mon précieux !" 

  

3) Les répétitions, lieux de tous les dangers !

 

S’il y a bien un moment pour prendre des risques, il s’agit bien de la répétition ! En cela, les moments consacrés à l’improvisation libre sont importants, puisqu’ils permettent à chacun de tester de nouvelles idées en se basant sur le feeling du moment. Enregistrez les répétitions, et ces moments d’improvisation libre également. Quoi de plus frustrant qu’un moment où la « mayonnaise prend », et dont on ne se rappelle plus exactement ce qu’on a fait 10 minutes plus tard ?

Les répétitions sont aussi le moment de prendre des risques concernant l’interprétation et le jeu de scène. Testez vos idées les plus saugrenues, non seulement vous en retirerez souvent de bonnes réflexions, mais cela vous entraînera aussi à faire confiance à votre instinct. La prise de risque en concert, si elle fait aussi partie du jeu, ne peut pas se faire de la même manière qu’en répétition, puisque vous devrez faire en sorte que votre concert reste efficace. En répétition, si une idée est vraiment mauvaise, cela n’a pas de conséquence, et cela vous permet au contraire de savoir qu’il vaut mieux l’éviter, donc c’est le moment de tout tester !

 

4) Quel est votre objectif commun avant l'apéritif ?

 

 

D’une manière générale, si certains viennent en répétition seulement pour prendre l’apéritif alors que d’autres veulent monter le niveau du groupe pour participer à un tremplin ou se professionnaliser, vos répétitions risquent d'être bancales. Créer un groupe qui dure n’implique pas seulement des personnalités compatibles, mais aussi des objectifs communs. Abordez le sujet de manière régulière et franche.

Si vous avez la sensation de tourner en rond alors que vous avez un live ou un enregistrement à préparer, cela signifie probablement que vous manquez d’objectifs de travail concrets. Choisissez 2 ou 3 priorités par session : s’agit-il de tester différents tempos pour la chanson 1 ? L’interprétation du morceau 2 manque-t-elle de profondeur ou de cohérence ? La set list du dernier concert doit-elle être modifiée ? Fixez un temps de travail maximum pour chaque priorité, et si vous n'êtes pas complètement satisfaits sur un point, vous pourrez y revenir quand le reste aura bien avancé.

 

5) Vous comptez jouer en concert tous en rond ? 

 

Cela semble logique, mais pourtant beaucoup de groupes oublient ce point important : si vos répétitions vous servent à préparer des concerts… vous devez aussi travailler dans les conditions les plus proches possible des concerts ! Cela signifie par exemple que le chanteur doit s’habituer à être dos aux musiciens, et trouver ses repères par l’ouïe plus souvent que par la vue. Si vous allez jouer sur une scène minuscule, répétez en délimitant l’espace pour voir comment placer les musiciens. Si vous avez des habits ou des chaussures particuliers, répétez en tenue, rien de plus pénible que de découvrir seulement une fois sur scène que vos chaussures neuves vous tuent les pieds ou que votre veste entrave vos gestes ! 

Une excellente idée est de filmer votre répétition en jouant comme si vous étiez en concert. L'exercice est souvent ingrat dans les premiers temps, mais il est aussi extrêmement efficace ; vous pourrez analyser ensemble la prestation et améliorer ce qui doit l'être. 

 

6) Quand la musique sonne, sonne, sonne… ou pas.

 

 

Les répétitions sont un moment important pour évaluer la qualité du son d’ensemble du groupe. Un son qui vous parait aux petits oignons sur votre ampli tout seul dans votre salon peut très bien être inadéquat une fois mélangé aux autres instruments. L’enregistrement est encore une fois un outil très intéressant pour travailler le son d’ensemble.

La réflexion sur le son consiste aussi à faire le ménage dans les fréquences gênantes et à gérer les volumes relatifs des instruments ; c’est d’autant plus capital en matière de musique amplifiée et pour des styles énergiques. Chaque instrument doit avoir sa place dans le spectre sonore du groupe, et tous doivent se mélanger dans un ensemble cohérent et harmonieux, ce qui met parfois les egos à rude épreuve. Est-ce que tout le monde s’entend bien ? Est-ce que certaines fréquences graves bavent et masquent d’autres instruments ? Est-ce que certaines fréquences aigües font mal aux oreilles ? Utilisez-vous correctement l’égaliseur sur votre chaine du son ? La qualité de votre son contribue à la qualité de votre groupe.

 

7) « J’écoute toujours ce que disent les autres musiciens »… enfin, presque !

 

Une répétition est un moment d’échange. Si un musicien a quelque chose à dire, cessez de jouer avec votre instrument. Il est pénible de devoir parler pendant qu’un autre fait du bruit, et cela fait penser que vous ne vous intéressez pas à la discussion. Si vous avez envie de réviser le dernier solo / break / riff, faites-le chez vous, pas pendant que quelqu’un parle !

 

Oui, je sais, toi aussi tu connais...

 

Faites participer tout le monde aux discussions, ce n’est pas parce-qu’un musicien n’est pas fort en gueule qu’il n’a rien à dire ! Ecoutez les autres et ne leur coupez pas la parole. La communication peut parfois être compliquée quand dans le groupe il y a une « minorité » (ex : une seule femme dans un groupe à prédominance masculine, un seul adolescent dans un groupe d’adultes, une personne qui a une culture musicale différente des autres, une personne « rapportée » dans un groupe d’amis de longue date, etc). La musique de votre groupe n’est possible que parce-que chacun d’entre vous y contribue à sa manière, c'est aussi ce qui fait votre originalité, utilisez les qualités de chacun !

 


(Extrait du Dictionnaire de la mauvaise foi musicale

 

... LA VIDEO DU MOIS : NEMANJA RADULOVIC

 

J'écoute autant la musique classique que le rock, et j'aime quand les musiciens s'affranchissent des codes établis pour imprimer leur personnalité au travers d'éléments qui ne se rencontrent pas souvent.

Nemanja Radulovic est un violoniste virtuose doté d'une personnalité lumineuse, qui présente d'une manière très intéressante le morceau qu'il doit jouer dans cette vidéo.

Il joue de la musique classique mais porte un blouson de cuir, des tatouages et les cheveux long, ce qui est devenu courant pour certains styles utilisant en partie la musique classique (comme le metal symphonique), mais beaucoup plus rare dans le milieu de la musique classique pure. Il interprète du Vivaldi, mais son jeu électrique et son approche très contemporaine (les 4 saisons vues au travers du changement climatique) renouvellent l'esprit de ces morceaux très connus. Vous noterez que sa virtuosité et son statut de leader ne l'empêchent pas de communiquer visuellement avec ses musiciens pour partager le moment et les encourager.

En conclusion : travaillez dur pour progresser, mais faites toujours de la musique selon votre coeur, elle vous le rendra !

 

 (source)